par Lionel Guérard

En général, une écluse était construite entre une rive et une ile et son barrage entre l'ile et l'autre rive, parfois au même point kilométrique que l'écluse, parfois plus en amont.

Le fleuve en amont de l'écluse jusqu'à l'extrémité de l'ile (distance courte ou plus longue de 3 à 4 km) se nomme un chenal.

En période de navigation normale, le convoi montant sortait de l'écluse, passait dans le chenal et sortait à l'extrémité de l'ile.

Il n'y a aucun courant dans le chenal excepté un léger courant produit pas le déplacement de l'eau durant le remplissage de l'écluse.

Pour le convoi avalant entrant dans le chenal vers l'écluse, si l'écluse n'était pas disponible, il fallait que le convoi s'arrête. Cette manœuvre s'appelle l'étalage: Le convoi ralentissait dans le chenal et les mariniers des derniers bateaux freinaient le convoi en passant des cordages de pieux en pieux sur la rive, jusqu'à l'immobilisation complète du convoi. Toute cette manœuvre était dirigée par le capitaine à coup de sifflet.

D'autres écluses n'étaient pas séparées de leur barrage, il leur était accolé. En période normale, l'étalage était un peu plus difficile avec un léger courant.

Il devenait dangereux en cas de fleuve en crue et certains capitaines préféraient, si l'écluse n'était pas disponible, virer leur convoi contre le courant, attendre ainsi que l'écluse soit disponible et enfin revirer leur convoi et écluser directement.