par Lionel Guérard

Le service de navigation sur le Rhône, en aval de Lyon, était assuré par deux sociétés:

  • l' H.P.L.M.
  • la Lyonnaise de Navigation et de Remorquage (C.L.N.R.).

Longtemps concurrentes, elle finirent par s'associer tout en gardant leur signe respectif ainsi que leur matériel.

L' H.P.L.M. utilisait 8 remorqueurs à roues à aubes de puissance de 800 CV capable de remonter de 3 à 4 chalands nommés "barques" portant 500 tonnes chacune.

Il y avait 4 remorqueurs entre Lyon et Vienne et 4 de Pont-Saint-Esprit à Arles. Chacun de ces remorqueurs mesurait 63 m de long et 15,8 de largeur aux roues et avait 15 hommes d'équipage. Ils portaient pour devise des noms de montage du Sud: Pelvoux, Mont-Blanc, Canigou, Pilat, Taillefer, Galibier, Simplon, Ventoux.

Le fleuve Rhône au courant tempétueux était nommé le fleuve Dieu. Jusqu’à' à sa canalisation réalisée par la construction du barrage Donzere-Mondragon, il était à courant libre.

Sur une centaine de kilomètres, de Valence à Pont-Saint-Esprit, la force du courant était puissante. La navigation sur cette partie était assurée par 9 toueurs qui utilisaient un mode de traction bien particulier: Ils disposaient d'un énorme tambour sur lequel s'enroulait le câble de traction long d'une quinzaine de kilomètres. Ils n'étaient pas tributaires d'une chaîne noyée en fond de rivière comme sur la Seine car celle-ci aurait pu s'engraver en fond de rivière et devenir inutilisable.

Toueurs

Ces toueurs avaient principalement des noms de fleuve: Ardèche, Doubs, Eyrieux, Drôme, Isère, Ouveze, Gardon, Durance, Aigues.

Un système de relais, espacés de 10 à 12 km était établi sur ce parcours. Les stations étaient:

Valence  Etoile Chamfort ⇒ Le Pouzin ⇒ Cruas ⇒ Le Theil ⇒  Vivier ⇒ Bourg Saint Andeol ⇒ Pont Saint Esprit.

Le câble des toueurs était fixé en amont à l'endroit d'où repartait le toueur suivant. Ce mode de fonctionnement obligeait le toueur de mener son convoi de 2 à 3 barques jusqu'à l'extrémité amont de de son parcours le même jour.

A la descente, le toueur et ses barques se laissaient aller au fil du courant pour atteindre sa base aval.

Les toueurs qui furent construits entre 1890 et 1895 mesuraient de 52 à 56 m de long et 7,8 m de large et étaient d'une puissance de 225 CV.

Ils arrêtèrent leur activité en 1936 et furent remplacés par

  • Trois magnifiques remorqueurs de la C.L.N.R. construits en 1912-1913: Le Provence, Le France et le Lorraine.
  • Un remorqueur, le Rhône de l'H.P.L.M., seul remorqueur équipé d'une turbine à vapeur comme moyen de traction (1500 cv).

La construction du barrage de Donzerre-Mondragon et de l'écluse à conduit à l'arrêt de ces puissants remorqueurs trop larges avec leurs roues à aubes pour y passer.

Deux puissants remorqueurs à moteur diesel, le Frédéric Mistral et le Massilia équipés de 4 moteurs de 600 cv soit 2400 cv furent uilisés pour le remorquage pendant une période assez courte car la fin du remorquage arriva assez rapidement.

Le Frédéric Mistral fut utilisé un moment comme bateau de croisière.

La Compagnie générale de navigation H.P.L.M. assurait un service de navigation jusqu'à Marseille à partir de Saint-Louis du Rhône par des remorqueurs à vapeur et à hélice. Ils passaient par le tunnel de Rove actuellement abandonné.

La navigation sur le Rhône est actuellement assurée par des pousseurs et de modernes automoteurs appartenant à l'H.P.L.M. et les sociétés pétrolières CITERNA et Desmarais Frères.