par Lionel Guérard

Actuellement, seuls les automoteurs et les pousseurs naviguent entre les sas (écluses) de Tancarville et Le Havre. Un deuxième sas, plus moderne, a été construit a coté de l'ancien. Autrefois, y circulaient aussi des chalands remorqués. La navigation se pratique en profitant autant que possible de l'effet des marées, le sens du courant s'inversant avec un léger décalage horaire toutes les 6 heures:

  • faire marée dans le sens montant (vers Rouen)
  • le raval à marée descendante de Rouen vers Tancarville

Faire marée de nuit impose des règles strictes de sécurité sur les bateaux: Un feu blanc à l'avant, un feu vert du coté droit et un feu rouge du coté gauche. Ces feux sont appelés des fanaux. Les pousseurs ont trois feux blancs disposés en triangle sur la barge avant de l'ensemble. Aujourd'hui, bien que les bateaux disposent de radars, ces feux sont toujours de rigueur.

Des feux fixes sont situés sur les rives. Ces feux sont nommés en rapport avec le lieu où ils sont placés et marquent aussi la borne kilométrique de l'endroit. Ils sont situés le plus souvent sur une courbe de fleuve et permettent ainsi de se guider de feu en feu. Ces feux subsistent toujours aujourd'hui malgré l'utilisation des radars.

Les navires empruntent l'estuaire pour la remontée du Havre jusqu'à Rouen et ont l'obligation de prendre un pilote accrédité pour ce parcours. Ce pilote est conduit par une petite vedette du port jusqu'au navire sur lequel il embarque pour le pilotage. A Villequier, ce pilote est remplacé par un autre pilote qui achèvera le parcours Villequier-Rouen.

Les mariniers fluviaux sont soumis aux mêmes règles: S'ils n'ont pas le permis nécessaire, appelé une dispense, les mariniers doivent prendre un pilote à bord.