par Lionel Guérard

Le temps des bateaux de voyageurs

(Source: les cahiers du Musée de la batellerie de Conflans)

Les bateaux à roues à aubes entre les années 1800-1840

Avec l'invention de la machine à vapeur et ses perfectionnements commence l'époque des voyages de passagers par bateaux à vapeur.

Les premiers bateaux étaient mus par des roues à aubes. De nombreux bateaux de voyageurs furent mis en service sur les rivières et fleuves de France.

La Seine était à cette époque à courant libre, c'est à dire non canalisée. Il y avait de nombreux moulins à grain utilisant la puissance du courant du fleuve qui subissaient l'étiage ou les crues. De nombreux bateaux à vapeur circulaient avec plus ou moins de réussite et avec un confort  et une protection limités pour les voyageurs.

Un service, au départ du Pecq rejoignait Rouen (et vice versa).

Un autre desservait la Haute-Seine de Paris à Montereau avec des escales dans les principales villes.

Les premiers services réguliers étaient de Paris jusqu'à Saint-Cloud. Le premier vapeur à roues à aubes, le Élise , est arrivé à Paris en 1816 en provenance d'Angleterre.

Les principales sociétés étaient Les Étoiles et Les Dorades.

La canalisation de la Seine avec la construction d'écluses et de barrages a régularisé le débit de l'eau et le niveau de la Seine permettant une navigation régulière toute l'année sauf en période de grandes crues.

La canalisation et l'invention de l'hélice firent disparaitre progressivement les bateaux à roues à aubes, ceux-ci ne pouvant pas franchir les écluses.

L'hélice, plus efficace, et les progrès du rail ont finalement eu raison des bateaux à roues à aubes pour les voyageurs.

Ces bateaux à roues à aubes ont évidemment navigué ailleurs que sur la Seine. Un service reliait par exemple Lyon à Chalon-Sur-Saône: Le Missouri joignait la ville de Lyon à celle d'Arles.